Ceux qui l’aiment prendront le train à grande vitesse

320 km/heures, site mis en place par la SNCF pour promouvoir le TGV Paris-Strasbourg, présente une vidéo prise depuis la cabine de pilotage du TGV synchronisée à un déplacement sur une carte Google Maps et à la bande son d’un DJ. On peut donc visualiser en continu les 2 heures 20 du trajet en TGV. Comme cela risquait d’être un peu ennuyeux à la longue, avec ou sans la musique selon les goûts, les auteurs ont prévu un accès direct aux séquences de pointe de vitesse et de traversée des nouvelles gares.

tgv.jpg

En tant qu’objet esthétique, autant le dire, ce n’est pas terrible-terrible. Il ne faisait pas très beau lors de la prise de vue. Les images à faible résolution sont plutôt grises et ternes et les paysages relativement indistincts. L’avantage est que, par moment, un ballet d’essuie-glaces vient perturber le rythme immuable des caténaires. Le trajet a sans doute été effectué le matin, ce qui n’est pas judicieux, car vu la position relative de Strasbourg par rapport à Paris, de nombreux plans sont à contre-jour ce qui fait qu’on ne distingue plus grand-chose. Cependant, de temps en temps une vue latérale vient s’adjoindre à la vue axiale, et laisse l’oeil enfin s’échapper de la monotone voie rectiligne fuyant à l’horizon, pour découvrir le paysage traversé. Il est dommage aussi que la prise de vue n’ait pas été un peu plus soignée et que l’on ai pas plus de vues à 45 ou 90°, plus paysagères. Bref, si on a plus de sept ans et qu’on ne rêve pas d’être conducteur de TGV ou si l’on n’est pas un groupie extatique du DJ Mehdi, on a peu de raison de s’imposer les 140 mn in extenso. Comme j’ai calé au bout d’un temps assez court, il est possible que j’aie manqué quelque chose … Merci à un plus courageux que moi de me signaler si c’est le cas.

En tant qu’objet géonumérique le site mérite pourtant quelques commentaires. D’abord, on peut noter que c’est une bonne illustration du concept de représentation numérique à échelle temporelle 1:1, la première à ma connaissance sans vocation directement artistique. Pour cette notion d’échelle temporelle, on peut lire ce billet et celui-ci à propos de la possibilité et de l’intérêt d’une représentation à l’échelle 1:1. Mais on doit surtout visionner le clip des frères Gondry mentionné sur le premier lien, qui bien que d’inspiration routière, concurrence avantageusement celui du TGV Est. Michel Gondry sait d’ailleurs à l’occasion nous faire préférer le train quand il voyage avec les Chimical Brothers. On me dira que je confonds des projets aux objectifs différents et on n’aura pas tort. Mais les rythmes visuels des montage et collage de paysages vidéos que Gondry superpose aux rythmes musicaux sont d’une poésie à ne pas manquer.

Les objectifs de la SNCF lui interdisent bien entendu de donner à l’utilisateur la possibilité de changer cette échelle temporelle, d’accélérer la vidéo pour faire le voyage en 4 minutes comme dans le clip de Gondry ou de l’étirer en 12 heures pour ceux qui voudraient jouir de tous les détail du parcours (!?). On en rêverait mais pas de fantaisie, l’objectif est sérieux : donner à voir les 320 km/heure. Donc pas touche à l’échelle du temps. Un TGV roulant numériquement à 892 km/h perturberait le message. Retour du refoulé numérique, il est amusant de constater que l’épisode de la pointe de vitesse peut être perturbé par la défection d’une autre vitesse, celle de la bande passante. Et alors, l’image ralentie et saccadée ne rend pas grâce à l’excellence de la technologie ferroviaire française.

En fait, même admises ses contraintes promotionnelles, l’expérience limite tentée par la SNCF s’avère limitée. L’idée de coupler dynamiquement la vidéo à une carte est bonne, même si elle n’est pas originale, mais la réalisation est un peu frustre. S’il est possible grâce à l’API Google de zoomer dans la carte de la région traversée, il n’est pas possible d’interactivement placer le curseur à un endroit précis de la carte pour visualiser le paysage correspondant. La carte est un produit final et non une interface de consultation, ce qui est décevant. Si l’on pouvait naviguer de la vidéo à la carte, le site deviendrait un outil d’exploration un peu plus excitant. La société BlueGlen en Irlande propose par exemple des outils pour intégrer dynamiquement vidéo et cartes.

Du coup, on imagine ce que pourrait être une généralisation et une automatisation du procédé: un système de caméras vidéo placées dans les trains et couplées avec un signal GPS, dont les prises de vue sont accessibles sur Internet par une carte dynamique en temps réel. Cela ne présentera bientôt plus de problème technique, même si cela demandera des ressources informatiques importantes. On pourra alors visiter virtuellement les paysages français en large et en travers, sauter de train en train, et jouer avec les échelles temporelles : Paris-Biarritz en 10 minutes; Stasbourg-Lyon en 5 mn, Montparnasse-Vanves en 2 heures 1/4. Au-delà de l’intérêt ludique, pédagogique et touristique, qui n’est pas mince, cela rendrait service à toutes les personnes âgées ou handicapées qui ne peuvent pas se déplacer facilement et qui n’ont que la retransmission du Tour de France pour prendre des nouvelles visuelles de notre beau pays.

Une réflexion sur “Ceux qui l’aiment prendront le train à grande vitesse

  1. On peut se demander pourquoi la SNCF utilise l’API Google Maps comme repère cartographique…

    Pourquoi n’utilise-t-elle pas ses propres fonds de cartes qu’elle diffuse dans les wagons des TGV via son mensuel ?

    Ah si c’est vrai ! C’est parce que ces cartes là ne sont pas « fidèle à la géographie » :

    http://www.espacestemps.net/document2223.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s