Révoeulution dans la topologie

On sait que les années soixante ont été fondamentales dans la mise en place des concepts et des technologies  (géo)spatiales.

Je me suis déjà fait l’écho du célèbre CGIS canadien développé à cette époque et dont les objectifs sont exposés dans le film Data for Decision. En France au même moment des travaux théoriques d’avant-garde portaient sur des questions de topologie, discipline dont on connaît l’importance en géomatique. Mais, comme  souvent dans notre pays, les avancées effectuées par des précurseurs géniaux parviennent difficilement  à déboucher sur des solutions industrielles et des produits commerciaux. Ces recherches très (trop ?) en avance sur leur temps sont malheureusement restées ignorées des géomaticiens.

On se prend à regretter les outils qui auraient pu être inventés  en appliquant les principes révolutionnaires de cette équipe… Un nouveau chantier d’envergure pour les chercheurs du GDR Magis ?

Jugez-vous mêmes du caractère extraordinairement novateur de ces travaux, malheureusement étouffés dans l’œuf :

shadoksSûr, c’est le moment de prendre  des vacances.

Salut à tous et amusez-vous bien, loin de la télé et d’Internet. Profitez-en par exemple pour faire du (dé)tourisme, à Nantes, Saint-Nazaire ou ailleurs et même chez vous…

PS : YouTube c’est pas mal, mais vous trouverez l’intégrale des Shadoks en DVD dans votre épicerie préférée.

Une réflexion sur “Révoeulution dans la topologie

  1. Sans vouloir inclure la pataphysique dans les domaines de prédilection de la géomatique, le sujet abordé est essentiel pour les bases de données topologique.

    Pour une surface ou un volume, un dedans, un dehors et un entre-deux sont les trois éléments à connaitre. Alphonse Allais l’a revendiqué dans Le sourire (18 octobre 1902), où le prix du timbre devrait être pour les lettres de moins de 20 g, plus de 20 g et celles autour de 20 g.

    Deux levés GPS avec des différences de l’ordre du mètre sont équivalent puisqu’ils décrivent le même entre deux : CQFD !

    Aussi, l’oeuf des Shaddocks n’est pas si absurde puisqu’il est simplement un oeuf à 4 dimensions (le professeur inclut le temps), ce qui fait de ce volume une bouteille de Klein, qui n’a ni intérieur ni extérieur dans un espace 3D : CQFD !

    De même une ligne dans un SIG 2D ne délimite pas un intérieur et un extérieur, il faut des polygones !

    Donc merci Thierry pour ce billet on ne peut plus sérieux. L’heure n’est pas aux vacances, mais à diffuser ce DVD dans les salles de classe de la même façon que le CGIS canadien😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s