Gravity, film géospatial

Comme ce billet écrit pour (e)space&fiction me semble pouvoir intéresser les géomaticiens et autres fous du géospatial, je le reblogue ici.

(e)space & fiction

GravityThere is no representational spatial machinery in Gravity, the very impressive film by Alfonso Cuarón. No map, no device for locating characters, no screen for designatind targets. There is no computing tool in this sophisticated but somewhat abandoned technological world where manuals are in binders and where you crank up the retrorockets. In Gravity, you take aim to the place  when you want to go by centering it in the window. Gravity is yet innately spatial in any sense of this word and even geospatial considering the reference to the Earth.

Il n’ y a pas, ou quasiment pas,  dans Gravity, le film impressionnant d’Alfonso Cuarón, de dispositif spatial représentationnel. Pas de carte, pas d’écran permettant de localiser les personnages ou de désigner une cible. Pas de gadget électronique, pas d’outil informatique dans cet univers technologique sophistiqué quoiqu’un peu en déshérence, où les modes d’emploi sont dans des classeurs à…

View original post 1 408 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s